sept 12 2008

Préparez la rentrée

Published by under Comportement

Les vacances se terminent peu à peu et vous songez déjà à la reprise du travail ou des cours. Mais avez-vous pensé à votre chien ?
Grâce au temps dont vous disposiez durant vos congés, vous avez probablement passé beaucoup de temps avec lui, à jouer et l’emmener en promenade. Après tout, c’était le moment de rattraper le temps dont vous ne disposez pas pour lui durant l’année scolaire.
Oui mais voilà, votre compagnon s’est maintenant habitué à profiter de votre présence et il risque de souffrir de se retrouver à nouveau seul de longues heures.

Comment les choses se passaient-elles avant vos vacances ?
Si votre chien supportait sans problème la solitude, vous n’allez pas avoir à faire trop d’efforts car il reprendra rapidement ses bonnes habitudes, sauf exception. Et nous savions que les exceptions ne sont pas si rares en ce qui concerne les chiens puisqu’ils ne se ressemblent pas tous en tous points.
Ainsi, préparez dès maintenant le retour à la normalité, occupez-vous un peu moins de lui, faites des promenades plus courtes et des jeux moins fréquents.
La transition se passera mieux si votre chien y a été préparé.

Si par contre, votre Médor adoré saccageait tout à la moindre de vos absences, il faut d’urgence faire quelque chose afin que cela ne se reproduise pas. C’est le moment, s’il vous reste quelques jours de congés, pour commencer un travail de détachement : comme son nom l’indique, ce travail consiste à apprendre à votre chien qu’il n’a pas besoin d’être collé à vos basques toute la journée. Ne le laissez pas vous suivre partout dans la maison, évitez de le prendre sur vos genoux lorsque vous regardez la télévision ou lisez, ne le câlinez pas à longueur de journée.
Au fait, petite précision : lorsque nous parlons de détachement, il s’agit de détachement mutuel ! C’est à dire que vous ne devez pas, vous non plus, être sur les talons de votre chien à la moindre seconde. Apprenez à vivre sans lui cinq minutes, cela vous fera aussi du bien…

Beaucoup de propriétaires font l’erreur suivante : culpabilisant de laisser leurs chiens tous seuls toute la journée, ils pensent compenser le manque de temps en accordant toute leur attention à l’animal dès qu’ils sont là.
A l’autre bout de la laisse, que pense le chien ? Il considère que la vie ne vaut la peine d’être vécue que si « papa » et « maman » sont là, et c’est en effet ce qu’on lui a appris ! Comme une moule accrochée à son rocher, Toutou est drogué à ses maîtres. Le problème surgit alors quand ceux-ci s’absentent. Il ressent un terrible manque, un inconfort extrême qu’il doit absolument soulager à sa manière.
Comme tous les chiens sont différents, avec leur caractères propres, certains vont mordiller et déchiqueter tout ce qu’ils trouvent, d’autres vont hurler à la mort, d’autres feront leurs besoins partout, et d’autres encore s’arracheront les poils pendant des heures. Il arrive même que certains chiens cumulent plusieurs de ces attitudes.
Est-ce la faute des chiens ?
Certes ce sont eux qui commettent les dégâts, mais qui est-ce qui les a amené à la dépendance ? Qui leur a enlevé toute autonomie en les maternant à l’excès ? Qui les a éduqué à être dépourvus de calme et de patience, à ne pas attendre sagement ?

Ainsi donc, si vous avez compris que vous avez une responsabilité dans l’anxiété de votre chien, vous avez aussi les cartes en main pour rattraper la situation.
Cela n’est pas forcément facile, mais c’est nécessaire, surtout lorsque l’on voit le nombre de chiens qui remplissent les cages des refuges, abandonnés pour cause d’angoisse de la solitude.

Si votre chien avait tendance à adopter ces comportements de substitution avant vos vacances, soyez assuré que le problème ne sera pas réglé par miracle, par la magie du soleil et du repos.
Il faut alors que vous soyez extrêmement rigoureux dans votre manière d’agir.
è votre chien doit pouvoir supporter de vous savoir dans une autre pièce sans vous avoir sous les yeux. Les gémissements, pleurs et aboiements ne doivent rien changer à l’affaire. Ne cédez pas à cette demande d’attention car même si vous le réprimandez, vous avez satisfait votre chien puisqu’il a réussi à vous faire revenir et lui parler.
è demandez-lui, s’il vous suit partout, de rester à sa place et de vous attendre. Il n’y a pas de raison de tolérer qu’il vous accompagne dans le moindre de vos déplacements puisque vous même ne le faites pas vis à vis de lui.
è évitez de le laisser dormir avec vous, car là encore, vous seriez en train de lui indiquer qu’il doit être sans cesse à vos côtés, jusqu’à partager votre lit.
è n’hésitez pas à le confier, le temps d’une promenade, à une personne fiable et responsable, qui saura le distraire et lui montrer que la vie peut être agréable même si vous n’êtes pas là. Ceci est d’autant plus important si vous êtes une personne avec un chien : il se focalise sur la seule personne qui partage son quotidien et ne peut pas envisager d’être avec quelqu’un d’autre.
è puisqu’il sera bientôt seul pour de longues périodes, habituez-le à vous voir vous préparer pour sortir avec vos habits de travail, même pour quelques minutes. A votre retour, ne lui faites pas la fête immédiatement, attendez qu’il soit calme puis saluez-le sans en faire des tonnes. Les premiers jours il risque d’être déphasé car il ne sera pas habitué à cette manière d’agir, mais rapidement il saura qu’il doit attendre son tour sagement.
è avant une absence, fatiguez-le un peu (si son état de santé le permet). Une balade et quelques lancers de bâtons le défouleront et lui donneront peut-être envie de faire la sieste après votre départ….

Gardez bien à l’esprit que consacrer tous ses moments de présence au foyer à s’occuper du chien ne contribue pas du tout à le rendre autonome. Bien au contraire, c’est la dépendance qui le guette: la moindre séparation devient tragédie et chez les chiens domestiques, cette souffrance se transforme fréquemment en destructions, malpropreté ou nuisances sonores. Le maître quant à lui, culpabilise de laisser son animal seul, et s’inquiète des dégâts qu’il retrouvera à son retour.
Rendez-vous service à tous les deux, évitez à votre chien de trop dépendre de vous en le maternant comme s’il était votre enfant…

Laurence Bruder Sergent

Comportementaliste, auteur du livre « La cause des chiens » et NOUVEAU !! co-auteur de « J’éduque mon chien moi-même »
Ses Sites Internet :

Comportement Canin

Formation Comportementaliste

Education Canine

No responses yet